Cancun et la visite de Bush en Amerique Latine

Publié le par Odile et Philippe

Cancun a eu son heure de gloire mondiale en 2004 lorsque l'OMC y a organise un congres qui s'est traduit par un echec des negociations et un succes du rassemblement des altermondialistes. La station balneaire illustre parfaitement l'appropriation d'un espace latino par le tourisme americain. Il y a quarante ans ce n'etait qu'une langue de sable uniquement occupee par des pecheurs. Un plan y a prevu l'amenagement d'un vaste site touristique pour desengorger Acapulco. En 1974, la zone hoteliere a ete officiellement inauguree. Aujourd'hui, des bus ou l'on s'adresse en americain aux chauffeurs longent les vingt km d'hotels et de plages, a gauche la mer des Caraibes et a droite la lagune de Nichupte. Toutes les constructions de promoteurs heurtent le sens de l'esthetique, le Hilton de beton en forme pyramidale insulte le peuple maya. C'est reellement le genre d'endroit ou l'on se dit que le dollar pourrit tout, mais pouvait-il en etre autrement avec la beaute des plages ?

Alors que nous visitons ce complexe touristico-imperialiste, Bush (alias Don Camillo) effectue une tournee d'une semaine en Amerique Latine : Bresil, Uruguay, Colombie, Guatemala et Mexique. Le theatre mediatique se joue sur CNN en espagnol qui nous reserve une interview exclusive du Pdt americain avec l'annonce de mesures d'aide pour les pauvres d'Amerique Latine. Ca ne coutera pas grand chose d'envoyer des chirurgiens americains realiser 1500 operations, mais c'est une replique aux bonnes oeuvres de Chavez (alias Peppone, le maire communiste, frere ennemi de Don Camillo). Celui-ci fait la tournee de ses amis : Argentine, Bolivie et Nicaragua. Apres s'etre attribue les pleins pouvoirs au Venezuela, il se veut plus que jamais le heraut de la lutte anticapitaliste. Et pourtant Evo Morales, le Pdt bolivien, l'a recu a peine revenu d'un voyage au Japon ou il venait de negocier des aides apres les terribles inondations qui ont touche le nord du pays. Il n'avait d'ailleurs pas hesite a solliciter l'aide des USA, ne serait-ce pas de la real politic ? Les petrodollars de Chavez ne reglent pas tout, ils ne sont pas non plus eternels.

Publié dans Mexique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Bonjour
Merci pour votre passage et votre commentaire sur mon blog.
J' ai moi aussi beaucoup roulé ma bosse à travers le monde... et je continue!
Christophe
Répondre